L’allaitement : de véritables montagnes russes

Hum, hum c’est uns des sujets qui m’a mis en rogne assez rapidement après mon accouchement.

thealphaparent.com
thealphaparent.com

Il s’est avéré que l’allaitement au sein est le plus nutritif pour votre enfant mais il y a une énorme différence entre la théorie et la pratique. Déjà, moi j’ai reçu des conseils variés des sage-femmes et j’aurai préféré avoir été conseillé de la meilleure méthode pour allaiter dès le début. Quand vous allaitez votre bout de chou conseillé par Maria et que Sandra, le lendemain vous montre une autre méthode, il y a de quoi se poser des questions… au final j’ai fini avec des tétons abimés et j’ai souffert comme une folle. C’est pour cette raison que j’ai décidé de tirer mon lait, le temps que mes tétons se rétablissent. J’ai découvert, heureusement, une crème miracle qui m’a soigné mes seins (je vous en parlerai bientôt) et j’ai pu ainsi allaiter ma fille au sein peu de temps après.

Par contre se rendre compte que votre fille digère votre lait à la vitesse de l’éclair et que vous avez à peine une heure entre deux allaitements a sérieusement épuisé mes ressources d’énergie, j’ai pu souffler à nouveau quand j’ai combiné mon lait avec du lait en poudre et ma fille est toujours en pleine forme. Tout ça pour dire que je n’ai pas porté dans mon cœur l’allaitement au sein à mes débuts mais je suis contente de le faire pour le bien-être de mon bout de chou.

La maternité, un véritable ouragan

goawaycomeback.tumblr.com
goawaycomeback.tumblr.com

Cela fait un mois et quelques jours que ma pépette est née et j’ai l’impression d’avoir traversé un ouragan et d’y avoir survécu. Avoir un enfant est dur mais le terme dur est un euphémisme par rapport à la réalité. Je ne m’attendais pas à traverser une période aussi challenging mais c’est vraiment le cas, vous venez d’accoucher, vous êtes fatiguée, heureuse de voir votre bout de chou et vous rentrez chez vous. Et là, le marathon commence, caler votre rythme de vie sur celui d’un nouveau-né est loin d’être une partie de plaisir, les premiers jours, je ne suis pas sortie de notre appart et je ressemblais à un zombie.

Les jours suivants, j’ai été prise dans une nébuleuse d’émotions et de sentiments tous aussi différents les uns que les autres : joie, bonheur, tristesse, blues, colère, culpabilité,paranoïa couplé d’une immense fatigue.

Heureusement à travers cet ouragan, j’ai appelé mes amies à la rescousse déjà maman et une en vacances a pu répondre à l’appel. Elle m’a remis les idées en place et surtout aidé à comprendre ce que je traverse (ce satané baby blues). De plus, savoir que toutes les femmes traversent cet ouragan m’a rassuré et permis de relativiser et de prendre du recul.

Depuis, je suis plus zen, j’ai trouvé ma routine avec ma pépette et j’ai le plaisir de la voir grandir tous les jours.Le temps passe à la vitesse de l’éclair et je suis déjà légèrement inquiète de revenir au travail en Janvier. Cependant, savoir que j’ai encore plus de trois mois à passer avec ma puce me remplit de joie et savoir que je vais passer un mois en France me donne une pêche d’enfer. Je vais pouvoir voir ma famille, mes amies et ma pépette va faire connaissance avec la ribambelle de ses tontons et tata. Quant à ces grand mères, elles sont plus que prêtes de voir ma puce et de la couvrir de bisous et de cadeaux. Y a pas à dire, la vie de bébé est cool, choyé, câliné, nourri, changé et massé régulièrement, ma fille n’a aucune difficulté à se faire comprendre et séduit tout le monde autour d’elle. Voir votre bout de chou grandir ainsi vaut tous les ouragans du monde.